Historique

Un établissement ancré dans l’histoire de Draguignan, en perpétuelle adaptation aux besoins de santé du territoire.
Inauguré en 1985, le site actuel du centre hospitalier de la Dracénie est l’héritier d’une tradition séculaire. Le premier hôpital de Draguignan a été fondé vers la fin du 13ème siècle par les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle. Après avoir connu plusieurs sites successifs, l’établissement est déménagé en 1804 dans l’ancien couvent du Malmont, sur l’emplacement de l’actuel jardin des plantes. Mais c’est au début du XXème siècle que l’hôpital prend toute son ampleur. Le premier pavillon chirurgical est construit en 1927. Dès lors, il ne cessera de s’agrandir en se modernisant et en ajoutant des constructions annexes.

En 1985, le nouveau centre hospitalier de la Dracénie ouvre ses portes sur le site actuel, route de Montferrat. Quant au site de l’ancien hôpital, en centre-ville, il est dédié à l’hébergement des personnes âgées (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes et Unité de Soins de Longue Durée), aux activités extrahospitalières du pôle de santé mentale (Hôpital de jour et Centre Médico-Psychologique), au Centre d’Action Médico Sociale Précoce (CAMSP) pour les enfants de 0 à 6 ans, au Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA), au Service de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD), à l’Accueil de Jour Alzheimer (AJA) « La Méditerranée ».

Le centre hospitalier de la Dracénie est entré depuis ces dernières années dans un cycle de rénovation : depuis les services du laboratoire et de la pharmacie (2008-2009), en passant par la création d’une salle supplémentaire du bloc opératoire central (2010-2011), la mise aux normes sécuritaires incendie des étages 2,3,4 du bâtiment construit en 1985 (2011-2014), sans oublier les travaux de rénovation de l’Établissement pour Personnes Âgées (EPA) du Malmont, suite aux inondations de juin 2010, avec la création d’une unité d’Hébergement Renforcée au sein de l’EHPAD (2010-2017), la restructuration du service maternité, en 2014, dont la création d’une salle d’accouchement physiologique, l’adaptation des unités de soins aux modes modernes de prise en charge avec la création d’hôpitaux de jour et d’une unité de chirurgie ambulatoire de 15 places, et l’extension achevée fin 2016 pour accueillir le Département de soins d’accompagnement du Var-Est.

Depuis 2016, il est appelé à jouer un rôle central dans la coordination des professionnels de santé et du secteur social, notamment pour améliorer la prise en charge des personnes âgées, en portant la MAIA de la Dracénie et du golfe de Saint-Tropez et la Coordination Territoriale des Aînés (CTA) du Var-Est, deux structures installées en centre-ville.

 

Un établissement pivot sur le territoire Var-Est, membre depuis Juillet 2016 du Groupement Hospitalier du Var.

Une offre hospitalière publique exclusive pour :
– la chirurgie vasculaire, la chirurgie maxillo-faciale et la stomatologie, la chirurgie endocrinienne
– la chirurgie des plaies, l’activité médico chirurgicale d’ORL.

Un pôle d’excellence en cancérologie, support du centre de coordination en cancérologie (3C) et de l’unité de soins palliatifs du Var-Est, et autorisé pour les activités suivantes :

– traitements par chimiothérapie
– chirurgie des cancers du sein
– chirurgie des cancers gynécologiques
– chirurgie des cancers digestifs
– chirurgie des cancers ORL et maxillo-faciaux.

Le Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) Var auquel le centre hospitalier de la Dracénie fait partie avec les 7 autres centres hospitaliers du département et l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) Ste-Anne de Toulon, a été officiellement créé en juillet 2016, conformément à l’article 107 de la loi du 26 janvier 2016 de modernisation du système de santé. L’objet du GHT est de permettre aux établissements parties de mettre en œuvre une stratégie de prise en charge commune et graduée du patient, dans le but d’assurer une égalité d’accès à des soins sécurisés et de qualité. Il assure la rationalisation des modes de gestion. Dans chaque GHT, les établissements parties élaborent un Projet Médical Partagé (PMP) garantissant une offre de proximité, ainsi que l’accès à une offre de référence et de recours.