Personne de confiance

Depuis la loi du 4 mars 2002, dite «loi Kouchner», relative aux droits des malades, les établissements de santé doivent permettre aux patients de désigner une personne de confiance.

Pour le personnel soignant, il s’agit d’un nouvel acteur très important puisqu’il sera amené à dialoguer avec lui très souvent.

La personne de confiance est à distinguer de la « personne à prévenir » dans la mesure où elle est choisie par le patient selon des critères spécifiques et qu’ elle remplit des missions définies précisément par la loi.

En cours d’hospitalisation :

- Elle peut, à la demande du patient, l’accompagner dans ses démarches et assister à ses entretiens médicaux. Ainsi pourra-t-elle éventuellement l’aider à prendre des décisions à caractère médical.

-  Dans le cas où le patient ne serait plus en capacité de donner
son avis ou prendre des décisions, l’équipe soignante consultera
en priorité la personne de confiance.

L’avis recueilli auprès de la personne de confiance guidera le
médecin pour prendre ses décisions thérapeutiques. La personne de confiance ne peut pas avoir accès au dossier médical du patient. Elle peut être révoquée à tout moment. Si vous souhaitez associer une personne de confiance à votre prise en charge, parlez-en à votre médecin et au personnel infirmier.

Pour en savoir plus …